Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 21:08

mali.jpgSelon l’avis du général Hollande, la guerre au Mali se déroule comme prévu. D’après son expérience, « nous voyons que nous sommes maintenant dans la dernière phase de l’opération. » Il y a un mois, je citais le professeur de géopolitique Aymeric Chauprade, auteur du livre Chronique du choc des civilisations. Il explique que dans cette région du monde, « le choc des civilisations y est favorisé par deux facteurs : premièrement, la progression démographique générale de l’islam et l’affaiblissement des minorités chrétiennes dans les Etats à majorité musulmane ; deuxièmement la dérive de l’islam vers l’islamisme. » Ceci provoque des déchirures violentes au sein des différentes communautés et crée des revendications identitaires. Au Mali, cela se traduit par le fait que les Touaregs du nord s’opposent fréquemment à la population noire du sud. Nous mettions en garde le gouvernement contre un scénario déjà vu auparavant au Kosovo. Aujourd’hui, un mois après le début de notre intervention militaire, l’armée malienne que nous soutenons est accusée de torture. La gendarmerie de Gao enregistre plusieurs plaintes de mauvais traitement sur « les peaux blanches ». C’est le surnom donné « par la population noire majoritaire aux Touaregs et aux Arabes ». Ces derniers sont accusés d’avoir soutenu les islamistes. De ce fait, ils subissent de nombreuses représailles (meurtres, exécutions sommaires, violences sexuelles, tortures…). Certains soldats français sont écœurés par ces agissements et font remonter ces informations à leur hiérarchie, qui a son tour les transmet à Paris. A ce niveau, nous sentons l’embarras de nos politiques. Pourtant ceci était prévisible comme il était aussi prévisible au Kosovo que les Serbes allaient être les victimes de la plus grande épuration ethnique du continent européen depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Visiblement, l’Histoire ne sert pas de leçon à nos politiques.

En attendant, à l’heure où nos soldats commencent à faire face à des attentats suicides et à des scènes de guérillas, comme à Gao, nous saluons la mémoire du deuxième soldat de l’Armée française tué au Mali. C’était le sergent-chef Harold Vormezeele du 2ème Régiment étranger de parachutistes.

 

Vincent

Partager cet article

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article

commentaires