Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:28

Bloc-identitaire-Bandeau.jpg

Le discours de Fabrice Robert à l'issue de la manifestation du 9 mars pour réclamer un référendum sur l'immigration.

Chers amis, chers camarades,

D'abord, merci ! Merci à vous d'être venus ! Merci à nos amis de Riposte Laïque d'avoir pris cette initiative qui nous réunit une fois encore. Aujourd'hui en France, le lieu où l'on peut trouver des démocrates, ce n'est pas l'assemblée nationale, mais la rue. C'est dan la rue que depuis deux ans s'expriment des millions de Français. Des Français méprisés, trompés, insultés, mais des Français debout.
Fiscalité, école, chômage, théorie du genre... Les sujets de colère ne manquent pas. Mais il en est un plus fondamental, c'est celui de l'identité. Que nous importe le montant des impôts si demain notre peuple n'existe plus ? Que nous importe le mariage pour tous si demain il n'y a plus de Français et que ce sont les Islamistes qui l'annulent ?

A tous les grands mouvements populaires historiques, il faut une avant-garde. Avec quelques autres, le Bloc Identitaire et nos jeunes camarades de Génération Identitaire incarnent celle-ci. Nous sommes aux avants postes du combat. Depuis maintenant dix ans, nous portons toujours plus loin le fer militant chez l'ennemi. Si un jour un Copé a parlé des pains au chocolat, c'est que, bien avant lui, des gens comme nous ont introduit dans le débat public des armes conceptuelles et sémantiques comme le racisme anti-blanc.

Etre à l'avant-garde, c'est donc montrer que rien n'est impossible, que le rêve devient réalité lorsque la volonté est là. Telle est le nouveau signe que nous avons voulu envoyer avec notre feuille de route pour la remigration. Il ne s'agit nullement d'une série de provocations, impossible à mettre en place. Bien au contraire, tout est réalisable et nous sommes restés en deça de ce qui est possible.

La remigration n'est pas un simple concept. C'est une nécessité. Elle l'est pour les immigrés. Mais ne le serait-elle pas que cela ne changerait rien car la remigration est indispensable pour les Français et les Européens.

On peut mettre beaucoup de choses dans la remigration. Mais, avant tout, c'est quelque chose de très simple et qui peut se résumer par cette phrase : maintenant, mesdames et messieurs, il va falloir partir...

Comme il est illusoire que la remigration se fasse par un simple appel à la raison, des mesures s'imposent. Je ne vais pas toutes les énumérer, mais au moins les principales, celles qui agiraient aussi simplement qu'un bouton qu'on presse.

Premièrement, abrogation du droit du sol. Ce droit né avec la révolution pouvait avoir du sens lorsqu'il s'agissait d'introduire dans le corps national, à petite dose, des Belges, des Polonais ou des Italiens. Le droit du sol est aujourd'hui devenu un droit d'occupation. Terminé. Les grands principes sont moins importants que la survie.

Deuxièmement, abrogation du regroupement familial. Car ce regroupement n'est qu'une longue suite de petites bombes démographiques à fragmentation qui frappent nos villes. Ce regroupement, c'est la dissolution de la France.

Troisièmement : perte de la nationalité pour tout naturalisé depuis moins de dix ans ayant commis un délit. D'ailleurs, aujourd'hui, j'ai une pensée pour le jeune Antoine lâchement assassiné la nuit de la Saint-Sylvestre par deux immigrés d'origine tunisienne. Oui, en France, l'immigration tue !

Quatrièmement et c'est très important, peine de prison systématique pour tout patron employant des immigrés clandestins. Les premiers salauds, ce sont eux ! Ils doivent payer. Et pas avec de l'argent, mais avec leur vie. La prison est un minimum quand on touche à la communauté de destin de notre peuple.

Cinquièmement, mettre fin à la propagande d'Etat en faveur de l'immigration, du métissage. C'est cette propagande massive, industrielle, faite avec l'argent des Français, qui permet le grand remplacement en anesthésiant les défenses immunitaires de notre peuple. Il faut en finir avec les téléfilms de France 2, les feuilletons de France 3 qui sont une insulte à la réalité, où l'on peut voir des racailles de race blanche agresser des femmes et de respectables africains être victimes du racisme. Plus un sou ! La propagande anti-remigration ne se fera désormais plus que sur fonds privés. Autant dire qu'elle ne se fera plus guère.

Sixièmement, création d'un Haut-Commissariat à la Remigration. Et mise en place d'un Fond d'Aide au Retour associé au lancement d'une campagne de sensibilisation incitant les immigrés à rentrer chez eux. Nous sommes prêts à payer mais pour qu'ils restent chez eux. Aux pays d'origine, nous disons / Oui, nous sommes prêts à payer mais le contrat doit être clair : gardez vos masses démographiques chez vous. Si la natalité doit être une fatalité, que ce soit la vôtre.

Septièmement, ici c'est la France. Pas de voile dans la rue. Pas de prèche en arabe dans une mosquée. Interdiction de prèche à des imams étrangers, interdiction de fonds étrangers pour les mosquées. Le message est clair : cette religion n'est pas la bienvenue. La France n'est ni à vendre ni à prendre. Si cela vous convient et que vous êtes pour l'instant dans les clous de nos mesures, tant mieux, sinon, la porte est ouverte pour le retour. Allez porter votre tolérance légendaire en Arabie saoudite.

A tous ceux qui disent, mais ce n'est pas possible, on ne peut pas, l'Union européenne ne voudra pas, les grands patrons ne voudront pas, la racaille ne voudra pas, les islamistes ne voudront pas. Nous répondons deux choses.

D'abord, ceci. Et vivre dans un pays envahi, c'est possible ? C'est acceptable ? Vivre à une époque où l'on voit en temps réel sous nos yeux le grand remplacement, où l'on nous demande de subir pour mieux mourir, c'est possible ? C'est acceptable ? Il y a 30 ans personne ne l'aurait cru possible. Alors entre un possible en train de nous tuer et un possible qui nous sauvera, notre choix est vite fait. Nous choisissons la libération.

Ensuite, rien n'est impossible. L'histoire l'a montré... En 1962, plus d'un million d'Européens ont quitté en un mois l'Algérie pour un voyage sans retour. Pourtant, depuis 130 ans, on leur disait qu'il était chez eux là-bas. Et pourtant, ils ont du partir. Alors rien n'est jamais impossible. Et pas forcément le pire, nos amis Suisses l'ont montré. Il suffit d'avoir derrière soi la volonté populaire et de marquer le territoire politique en inversant le rapport de force idéologique. Cette bataille est en train d'être gagnée. Le système a l'appareil du pouvoir, mais il n'a plus de légitimité populaire.

Nous avons gagné la bataille des idées. Pour une raison simple, c'est que nos idées sont celles de la réalité. La situation est si grave, l'invasion si voyante que le système ne peut plus mentir au peuple.

La réponse absolue  à cette situation tragique, c'est le recours systématique au peuple. Au nom de quoi des dizaines de millions de Français seraient-ils plus crétins que Strauss-Khan, Hollande ou Juppé ? Pour s'apercevoir que le visage de la France est en train de changer, l'expérience quotidienne suffit. Et l'expérience nous dit que la France de 2014 est brûlante. Il faut donner la parole aux Français. Il faut un référendum comme en Suisse. Il faut tourner la roue du destin et refaire une France pour les Français. Le combat ne date pas d'hier. Peut-être s'accélère-t-il. Mais une chose est certaine : sans une pensée identitaire, sans une action identitaire, plus de France et plus d'Europe.

Comme nos ancêtres, nous refusons de disparaître. Nous sommes debout et nous nous battrons pour rester maîtres chez nous !

Partager cet article

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article

commentaires