Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 17:09

Avant l’occupation romaine de la Gaule, le tracé des voies et des chemins était plus anarchique que sous l’empire romain. La division du territoire en un grand nombre de tribus ne permettait pas d’avoir des communications aussi établies qu’en Italie. En Forez, pays sous le contrôle des Ségusiaves, la Bolène apparaissait être une liaison entre leur capitale Forum Segusiavorum (Feurs) et Ruessio (Saint-Paulien), placée sous l’autorité des Vellaves, en passant par le mont des archers devenu aujourd’hui Montarcher. Le nom de ce chemin, Bolène, est sûrement d’origine médiévale. Trois possibilités peuvent nous donner l’origine du nom : la première serait celle de la voie des bornes militaires (placées tous les milles romains), la deuxième serait celle de la voie des bœufs (permettant le passage des attelages) et la troisième nous amène au mot bol signifiant hauteur ou voie de hauteur. A la période gallo-romaine, la Bolène a été intégrée à un plan de restructuration et de développement du réseau routier par Agrippa sous le règne de l’empereur Auguste (Ier siècle après J.C.). Elle prit une toute autre dimension en reliant désormais Lugdunum (Lyon) à Segodunum (Rodez) et à Tolosa (Toulouse) tout en tenant un rôle militaire et économique important.

 

voie-Bolene.jpg

 

Au Moyen-âge, le tracé resta semblable dans ses grandes lignes même s’il se trouva confronté à l’usure du temps et à une dégradation due à un manque d’entretien. La création de nouveaux centres commerciaux d’importances (Montbrison et Saint-Bonnet-le-Château) vont également créer de nouvelles voies de communication. La Bolène, qui était utilisée essentiellement dans un but militaire sous l’empire romain, devint un chemin de marchands et de pèlerins conduisant, pour certains, jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle. La Table de Peutinger, carte exécutée au XIIIème siècle à partir d’une copie plus ancienne, permet de découvrir la voie Bolène sous l’empire romain. Nous retrouvons encore la trace de ce chemin historique sur le cadastre Napoléon du début du XIXème siècle.

Pour le Forez, cette voie Bolène est plus qu’une simple route, elle nous permet de traverser l’histoire de notre province en prenant conscience que chaque période de notre passé est intimement liée à un fil conducteur ; celui de notre héritage.

 

Vincent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article

commentaires