Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 21:31

jacobin.jpgLa gauche parlementaire vient de voter une loi qui modifiera les scrutins locaux. Les élections régionales et cantonales sont reportées en 2015. Un non-cumul des mandats sera effectif à la fin de ceux en cours. Le nombre de cantons passera de 4000 à 2000. Selon la Tribune-Le Progrès, le ministère de l’intérieur « va redécouper les cantons, ce qui signifie des regroupements de plusieurs cantons dans les départements ruraux ». Malheureusement, avec cette réforme, nous ne voyons pas de réelles sources d’économies qui seraient pourtant nécessaires en cette période de crise. Le nombre de cantons diminuera mais le nombre d’élus restera le même car « deux conseillers seront élus en binôme dans chaque canton » (un homme et une femme, pour respecter le politiquement correct du moment).

Si le gouvernement du « général » Hollande voulait vraiment engager des réformes démocratiques et utiles pour le redressement des finances publiques et de la vie politique en France, il lui faudrait engager des actions plus courageuses, audacieuses et ambitieuses. Pour cela, il lui faudrait posséder un programme visionnaire, capable d’insuffler une lueur d’espoir à une société « dépressive ». Aujourd’hui, la majorité des Français n’a plus confiance dans ses hommes (et femmes) politiques. Ces derniers sont les enfants gâtés d’un système sclérosé qui sert davantage des logiques de partis que les intérêts de notre patrie. Le pouvoir centralisé qui nous gouverne est d’origine jacobine. Il est l’héritier de la monarchie absolue voulue pas Louis XIV. A l’image de notre roi Soleil et de ses derniers descendants, il s’est éloigné de ses sujets sans réellement prendre conscience des richesses qui sommeillent au sein des vieilles provinces. La Révolution et la République n’ont fait que continuer à accentuer la corruption déjà existante lors de la fin de l’Ancien Régime et ont augmenté cette centralisation, créatrice d’une administration tentaculaire.

De nos jours, beaucoup de citoyens sont scandalisés par le fonctionnement de notre « démocratie ». Le Front National, qui représente près de 20% des électeurs, compte seulement 2 députés à l’Assemblée Nationale ! François Hollande et le Parti socialiste dirigent le pays avec les pleins pouvoirs alors que ce président n’a fait que recueillir moins de 35% des inscrits des listes d’électeurs. Ce système est à bout de souffle. Il est à l’image des finances publiques de la France qui croule sous la dette et les dépenses de fonctionnement de nos institutions.régions Le Bloc Identitaire milite pour un système fédéral anti-jacobin. Il désire faire revivre les vieilles provinces auxquelles de nombreux Français restent attachés. Pour un Identitaire, c’est une aberration d’avoir séparé la ville de Nantes du reste de la Bretagne, d’avoir divisé la Normandie en deux régions, l’Alsace et la Savoie en deux départements, d’avoir fait disparaître le nom illustre de vieux pays comme le Dauphiné, le Lyonnais, le Forez, le Velay ou le comté de Nice. Nous désirons que la France s’appuie sur ses vieilles provinces enracinées dans un terroir et dans une histoire. Nous voulons gommer ces découpages administratifs qui aujourd’hui ont pour seul but de préserver les intérêts politiques et électoraux des grands partis du système. En période de crise, nous souhaitons que l’exemple, en matière d’économie et d’austérité, vienne du haut et non pas du bas. Nous militons pour avoir moins de députés, moins de sénateurs, le remplacement des régions et des départements par de vraies provinces capables de partager les pouvoirs avec l’oligarchie en place et le microcosme parisien. Nous défendons un système électoral qui tourne le dos au seul scrutin majoritaire pour faire place à un scrutin proportionnel personnalisé qui permette aux oubliés de la République de se faire entendre. En fin de compte, nous militons pour une vraie démocratie où le débat aurait toute sa place, où la liberté d’expression serait pleinement garantie avec le droit au référendum d’initiative populaire. Charles Maurras disait : « il n’y a plus de France quand on a supprimé les Frances diverses. » C’est ce que nous voulons rectifier, non pas par nostalgie mais uniquement par désire d’aller de l’avant avec la volonté de construire un avenir sur des bases solides.

 

Vincent

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article

commentaires