Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 23:34

collomb.jpgLe maire Gérard Collomb est une exception dans le monde socialiste français. Connaissant parfaitement bien la ville de Lyon, il a appris que pour durer en politique sur les bords de Saône et du Rhône il fallait être pragmatique et centriste. Pour cette raison, il sait aussi bien se faire discret que se faire entendre quand il le faut. Il a renoncé à être un apparatchik fidèle et discipliné. Pour être précis, il sait se montrer moins virulent et un peu moins « socialiste » que certains de ses amis même si ceci ne l’empêche pas d’adhérer pleinement aux idées mondialistes de notre gouvernement. C’est l’art du grand écart, qui lorsqu’il est bien pratiqué en politique permet de faire des merveilles en assurant à son auteur une longue vie d’élu. Au contraire de certains de ses coreligionnaires, il n’esquive pas le problème de la crise économique et financière, ni celui de nos dépenses publiques qui atteignent « 57% de notre PIB ». Il dénonce avec raison le coût du travail trop élevé qui pénalise aussi bien le monde de l’entreprise que les salariés, le manque de moyen de nos entreprises pour « financer leur développement » et l’incohérence de la politique de notre gouvernement qui « réduit son aide aux collectivités de 1,5 milliards d’euros » tout en les obligeant à dépenser plus avec la réforme inutile des rythmes scolaires. Il demande que nous allions plus loin dans la décentralisation en espérant une grande réforme structurelle dans « le mille-feuille des collectivités » qui permettrait de faire des économies. Il parle de notre système des retraites et de ses régimes spéciaux, des charges patronales qu’il estime trop élevées, du gaz de schiste avec une grande liberté de ton rare au sein de la majorité parlementaire. Il n’hésite pas à dire que « la France est en train de perdre pied. » Nous nous demanderions presque pourquoi il est membre du Parti socialiste français, l’une des formations politiques en Europe la plus sectaire et complètement déconnectée des réalités.

Gérard Collomb s’inspire du savoir faire lyonnais. A l’image de certains de ses prédécesseurs, il est dans le consensus. Il ne fait pas de vague. Il donne l’image d’un homme politique en qui les investisseurs peuvent faire confiance. Vous me direz que c’est le principal pour un maire d’une agglomération de plus de 1 million d’habitants ! Malheureusement, les Identitaires pensent que ça ne suffit pas. Aujourd’hui, notre pseudo-élite (politique, journalistique, artistique, économique) ne cesse de relayer le même message en ce qui concerne la crise économique mondiale. Selon elle, c’est le seul et grand défi que la zone euro se doit de relever. Les Identitaires ne sous-estiment pas la gravité de la situation économique et financière de l’Union européenne. Bien au contraire, c’est d’ailleurs pour cette raison que nous critiquons avec autant de force le manque de démocratie au sein de cette Union et l’oligarchie qui la gouverne. Nous savons et nous sommes convaincus qu’un avenir stable ne peut être construit sans une base solide enracinée dans une histoire porteuse d’un héritage et d’une tradition. Sans cette équation, l’Union européenne restera une coquille vide favorable aux technocrates et aux grands financiers. Le problème est moins économique qu’il n’y paraît mais bien plus politique qu’on peut le croire. En ouvrant la France et l’Europe au monde, comme continue à le faire le Parti de Monsieur Collomb, en favorisant l’immigration de masse et de remplacement qui fragilise la cohésion de notre nation et de notre continent au profit d’un communautarisme source de futurs conflits, en permettant aux mafias russophones, moldaves, roumaines et albanaises de faire de la France leur nouveau terrain de jeu, en oubliant les zones de non droit délaissées entre les mains d’une « racaille » proche parfois de réseaux islamistes, en oubliant nos principes laïcs en contribuant à la construction de plus de 2500 lieux de culte musulman en moins de trente ans, en soutenant un Parti socialiste allergique à la liberté d’expression et responsable d’emprisonnements politiques, nous ne pouvons pas dire, à l’image du journaliste Michel Revol que les propos tenus par le maire de Lyon dans le Point du 13 juin dernier soit « décapant » et un « électrochoc ».gerard collomb ramadanIl est vrai que ses positions changent de celles tenues par l’ensemble des socialistes fossilisés dans des réflexes vieux d’un demi-siècle. Cet entretien ne fait que démontrer l’intelligence politique de Gérard Collomb. Les municipales arrivent l’année prochaine. L’actuel maire de Lyon sait que la Parti socialiste risque de perdre gros au vu de l’impopularité du soldat Hollande. Pour être réélu, il est dans l’obligation de séduire l’électorat centre droit qui reste important dans l’ancienne capitale des Gaules et donc de se démarquer des nombreuses erreurs commises par sa majorité. Mais en bon élève du système, il sait ne pas franchir la ligne rouge et jamais vous ne l’entendrez remettre en cause la politique d’immigration du gouvernement, l’insécurité qu’elle occasionne au quotidien, son coût élevé à plus de 40 milliards d’euros par an, l’idéologie du multiculturalisme qui impose la diversité, la discrimination positive et le bien vivre ensemble qui ne marche pas. Les Identitaires souhaiteraient que nos hommes politiques fassent preuve d’un peu plus de courage et osent vraiment sortir du politiquement correct. La crise n’est pas qu’économique, elle est aussi identitaire et civilisationnelle et ceci est infiniment plus grave pour l’avenir de notre patrie.

 

Vincent

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article

commentaires