Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 22:20

islamisation-ump-ps.pngChaque année apporte son lot de violence et nous dévoile l’incapacité de la France à y faire face. En septembre 2006, tous les Français purent découvrir dans les médias le visage tuméfié du CRS Ludovic Aubriot. Victime de plusieurs fractures et allongé sur son lit d’hôpital, il décrivit aux journalistes qui lui faisaient face la violence de ses agresseurs et l’acharnement avec lequel ils s’étaient déchaînés. Il dénonçait une haine sans raison. Malheureusement, aujourd’hui, comme ce fut encore le cas à Marseille, le simple fait d’être un représentant de l’ordre suffit pour de nombreuses « racailles » à devenir un ennemi à abattre. Un mois après l’agression d’Aubriot, de nouvelles émeutes éclataient sur la commune du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. Marie-Georges Buffet, députée communiste de la circonscription, se désolait et déclarait : « ce n’est pas par ce genre d’action que l’on peut se faire entendre, les auteurs se trompent de combat. » Toujours le même discours gauchiste de justification des faits ! La colère des voyous était encore légitimée. Selon Marie-Georges Buffet, nos « jeunes se trompent de combat ». Notre pays est-il en guerre ? Avec de telles paroles, est-ce que notre ancienne députée communiste pensait-elle organiser la nouvelle lutte des classes en voulant s’attirer la sympathie des casseurs pour en faire de nouveaux partisans rodés à la guerre civile ? Par contre, à propos de la fracture identitaire qui divise notre pays, source de nombreux maux, nous n’avons toujours aucun mot ! Au contraire, pour ramener le calme à Blanc-Mesnil, seuls les médiateurs des mosquées réussirent à parler aux jeunes révoltés et à les ramener à la raison. Ségolène Royal, amie des minorités visibles, déclara même ne pas être effrayée par cette intervention religieuse dans des opérations de maintien de l’ordre et nous expliqua que « la tutelle coloniale de l’islam » était terminée. Olivier Besancenot essaya même de nous faire comprendre que la foi et la pratique religieuse de l’islam sont un refuge pour nos jeunes désespérés. Il faut bien l’avouer, jamais la gauche parlementaire et l’extrême gauche de notre pays n’avaient été aussi permissives, sensibles et favorables à l’expression d’une religion dans un fait public ! Ce fut une grande première dans notre vie politique. Nous serions en droit de nous poser la question : comment réagiraient-ils si les prêtres catholiques détenaient encore ce pouvoir d’intervention dans notre quotidien comme le font les « barbus » dans certains de nos quartiers ? Auraient-ils été aussi cléments dans leurs déclarations ? Nous avons un début de réponse avec les réactions disproportionnées de nos politiques et de nos médias suite à l’occupation pacifique du chantier de la mosquée de Poitiers par Génération identitaire et l’opération ultra-violente organisée par les Femens dans la cathédrale Notre-Dame de Paris qui illustrèrent parfaitement bien l’état d’esprit de ceux qui nous gouvernent. Dans le premier cas, il y a eu une condamnation unanime avec des sanctions judiciaires. Dans le deuxième cas, ce fut le grand silence ou parfois un soutien amical au nom de la liberté d’expression !

AFFICHE-FRANCOIS-HOLLANDE-PARTI-SOCIALISTE-PS-UMPS-13.jpg

À l’époque des émeutes du Blanc-Mesnil, seuls le Front National, Philippe de Villiers et les Identitaires appelèrent sans xénophobie à reconquérir « les territoires perdus de la République ». Est-il si difficile à nos élites de gauche comme de droite de constater que leur rêve multiculturel vire au cauchemar communautariste ? Jusqu’ou iront la compromission de nos élites pour garantir leurs intérêts électoraux ? Le livre de Joachim Veolas, Les maires qui courtisent l’islam, nous répond clairement à cette question. A l’abri du politiquement correct, nos politiques sont prêts à tous les arrangements possibles pour se gagner de nouveaux électeurs. Le Parti socialiste en a même fait son cheval de bataille. Le résultat a été remarqué lors des dernières élections présidentielles. Les ouvriers qui votaient jadis pour cette gauche méprisante ont été remplacés par les immigrés qui ont en commun avec cette élite républicaine la haine qu’ils portent à notre partie.

 

Vincent

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:52

 Immersion au sein d'un collage avec les militants identitaires lyonnais !



 

 

 


Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:28

Bloc-identitaire-Bandeau.jpg

Le discours de Fabrice Robert à l'issue de la manifestation du 9 mars pour réclamer un référendum sur l'immigration.

Chers amis, chers camarades,

D'abord, merci ! Merci à vous d'être venus ! Merci à nos amis de Riposte Laïque d'avoir pris cette initiative qui nous réunit une fois encore. Aujourd'hui en France, le lieu où l'on peut trouver des démocrates, ce n'est pas l'assemblée nationale, mais la rue. C'est dan la rue que depuis deux ans s'expriment des millions de Français. Des Français méprisés, trompés, insultés, mais des Français debout.
Fiscalité, école, chômage, théorie du genre... Les sujets de colère ne manquent pas. Mais il en est un plus fondamental, c'est celui de l'identité. Que nous importe le montant des impôts si demain notre peuple n'existe plus ? Que nous importe le mariage pour tous si demain il n'y a plus de Français et que ce sont les Islamistes qui l'annulent ?

A tous les grands mouvements populaires historiques, il faut une avant-garde. Avec quelques autres, le Bloc Identitaire et nos jeunes camarades de Génération Identitaire incarnent celle-ci. Nous sommes aux avants postes du combat. Depuis maintenant dix ans, nous portons toujours plus loin le fer militant chez l'ennemi. Si un jour un Copé a parlé des pains au chocolat, c'est que, bien avant lui, des gens comme nous ont introduit dans le débat public des armes conceptuelles et sémantiques comme le racisme anti-blanc.

Etre à l'avant-garde, c'est donc montrer que rien n'est impossible, que le rêve devient réalité lorsque la volonté est là. Telle est le nouveau signe que nous avons voulu envoyer avec notre feuille de route pour la remigration. Il ne s'agit nullement d'une série de provocations, impossible à mettre en place. Bien au contraire, tout est réalisable et nous sommes restés en deça de ce qui est possible.

La remigration n'est pas un simple concept. C'est une nécessité. Elle l'est pour les immigrés. Mais ne le serait-elle pas que cela ne changerait rien car la remigration est indispensable pour les Français et les Européens.

On peut mettre beaucoup de choses dans la remigration. Mais, avant tout, c'est quelque chose de très simple et qui peut se résumer par cette phrase : maintenant, mesdames et messieurs, il va falloir partir...

Comme il est illusoire que la remigration se fasse par un simple appel à la raison, des mesures s'imposent. Je ne vais pas toutes les énumérer, mais au moins les principales, celles qui agiraient aussi simplement qu'un bouton qu'on presse.

Premièrement, abrogation du droit du sol. Ce droit né avec la révolution pouvait avoir du sens lorsqu'il s'agissait d'introduire dans le corps national, à petite dose, des Belges, des Polonais ou des Italiens. Le droit du sol est aujourd'hui devenu un droit d'occupation. Terminé. Les grands principes sont moins importants que la survie.

Deuxièmement, abrogation du regroupement familial. Car ce regroupement n'est qu'une longue suite de petites bombes démographiques à fragmentation qui frappent nos villes. Ce regroupement, c'est la dissolution de la France.

Troisièmement : perte de la nationalité pour tout naturalisé depuis moins de dix ans ayant commis un délit. D'ailleurs, aujourd'hui, j'ai une pensée pour le jeune Antoine lâchement assassiné la nuit de la Saint-Sylvestre par deux immigrés d'origine tunisienne. Oui, en France, l'immigration tue !

Quatrièmement et c'est très important, peine de prison systématique pour tout patron employant des immigrés clandestins. Les premiers salauds, ce sont eux ! Ils doivent payer. Et pas avec de l'argent, mais avec leur vie. La prison est un minimum quand on touche à la communauté de destin de notre peuple.

Cinquièmement, mettre fin à la propagande d'Etat en faveur de l'immigration, du métissage. C'est cette propagande massive, industrielle, faite avec l'argent des Français, qui permet le grand remplacement en anesthésiant les défenses immunitaires de notre peuple. Il faut en finir avec les téléfilms de France 2, les feuilletons de France 3 qui sont une insulte à la réalité, où l'on peut voir des racailles de race blanche agresser des femmes et de respectables africains être victimes du racisme. Plus un sou ! La propagande anti-remigration ne se fera désormais plus que sur fonds privés. Autant dire qu'elle ne se fera plus guère.

Sixièmement, création d'un Haut-Commissariat à la Remigration. Et mise en place d'un Fond d'Aide au Retour associé au lancement d'une campagne de sensibilisation incitant les immigrés à rentrer chez eux. Nous sommes prêts à payer mais pour qu'ils restent chez eux. Aux pays d'origine, nous disons / Oui, nous sommes prêts à payer mais le contrat doit être clair : gardez vos masses démographiques chez vous. Si la natalité doit être une fatalité, que ce soit la vôtre.

Septièmement, ici c'est la France. Pas de voile dans la rue. Pas de prèche en arabe dans une mosquée. Interdiction de prèche à des imams étrangers, interdiction de fonds étrangers pour les mosquées. Le message est clair : cette religion n'est pas la bienvenue. La France n'est ni à vendre ni à prendre. Si cela vous convient et que vous êtes pour l'instant dans les clous de nos mesures, tant mieux, sinon, la porte est ouverte pour le retour. Allez porter votre tolérance légendaire en Arabie saoudite.

A tous ceux qui disent, mais ce n'est pas possible, on ne peut pas, l'Union européenne ne voudra pas, les grands patrons ne voudront pas, la racaille ne voudra pas, les islamistes ne voudront pas. Nous répondons deux choses.

D'abord, ceci. Et vivre dans un pays envahi, c'est possible ? C'est acceptable ? Vivre à une époque où l'on voit en temps réel sous nos yeux le grand remplacement, où l'on nous demande de subir pour mieux mourir, c'est possible ? C'est acceptable ? Il y a 30 ans personne ne l'aurait cru possible. Alors entre un possible en train de nous tuer et un possible qui nous sauvera, notre choix est vite fait. Nous choisissons la libération.

Ensuite, rien n'est impossible. L'histoire l'a montré... En 1962, plus d'un million d'Européens ont quitté en un mois l'Algérie pour un voyage sans retour. Pourtant, depuis 130 ans, on leur disait qu'il était chez eux là-bas. Et pourtant, ils ont du partir. Alors rien n'est jamais impossible. Et pas forcément le pire, nos amis Suisses l'ont montré. Il suffit d'avoir derrière soi la volonté populaire et de marquer le territoire politique en inversant le rapport de force idéologique. Cette bataille est en train d'être gagnée. Le système a l'appareil du pouvoir, mais il n'a plus de légitimité populaire.

Nous avons gagné la bataille des idées. Pour une raison simple, c'est que nos idées sont celles de la réalité. La situation est si grave, l'invasion si voyante que le système ne peut plus mentir au peuple.

La réponse absolue  à cette situation tragique, c'est le recours systématique au peuple. Au nom de quoi des dizaines de millions de Français seraient-ils plus crétins que Strauss-Khan, Hollande ou Juppé ? Pour s'apercevoir que le visage de la France est en train de changer, l'expérience quotidienne suffit. Et l'expérience nous dit que la France de 2014 est brûlante. Il faut donner la parole aux Français. Il faut un référendum comme en Suisse. Il faut tourner la roue du destin et refaire une France pour les Français. Le combat ne date pas d'hier. Peut-être s'accélère-t-il. Mais une chose est certaine : sans une pensée identitaire, sans une action identitaire, plus de France et plus d'Europe.

Comme nos ancêtres, nous refusons de disparaître. Nous sommes debout et nous nous battrons pour rester maîtres chez nous !

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 21:18

Intervention de Fabrice Robert, Président du Bloc Identitaire lors de la manifestation pour la demande d'un référendum sur l'immigration, le 9 mars 2014 à Paris.  

"Immigration, Islamisation, demain la Remigration !"    

 


 

 


 

     

 
Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 20:30

islamL’Express du 26 janvier 2006 consacrait une enquête à la montée de l’islam en Europe. Les premières lignes de cette étude peuvent nous laisser songeur : « Entre immigration et conversions, la religion musulmane fait de plus en plus d’adeptes sur le Vieux Continent. Pendant des décennies, la plupart des pays ont compté sur leur force d’attraction et d’intégration pour que ces nouveaux fidèles se fondent dans leurs modèles. Ils s’aperçoivent aujourd’hui que certaines revendications remettent en question leurs propres valeurs. » Triste constat ! Il a fallu plus de trente ans pour comprendre que l’islam ne se dissout pas aussi facilement que nous l’aurions espéré dans nos sociétés multiculturelles fondées sur le droit des minorités et la pensée antiraciste. Les journalistes de l’Express, pour argumenter leurs écrits, citèrent André Malraux : « C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains… le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème. » C’était en 1956, bien avant que Ben Laden enfile son treillis de « routard révolutionnaire islamique » en Afghanistan. Le souci de l’islam n’est pas le seul impérialisme des Etats-Unis, comme certains de nos spécialistes tentent de nous le faire croire. Le problème de l’islam est l’islam. « Les pratiquants stricts considèrent le Coran comme source de règles transcendants les identités nationales. » Pour un croyant musulman, rien n’est plus grand et respectable, en dehors d’Allah, que le Coran. Comment pouvions-nous espérer intégrer un grand nombre de musulmans sans rencontrer de sérieuses difficultés ? Selon l’écrivain Albert Memmi, quatorze siècles après Mahomet, les musulmans considèrent encore le Coran « comme parfait, intangible et universel. » La soumission pour les infidèles, la lapidation pour les femmes adultères, l’inégalité des sexes, la polygamie, le djihad, la haine et le mépris des mécréants… font encore parti intégrante du quotidien de nombreux croyants du monde musulman. Halim Chergui tentait de réveiller la communauté musulmane en la prenant à parti dans un éditorial, repris par Marianne : « de l’Atlantique à l’Indonésie, les pays musulmans vivent, à quelques exceptions près, sous la férule de régimes despotiques et sous le principe de l’islam d’Etat, généralement peu respectueux de la liberté des autres religions. » N’y avait-il pas danger à vouloir intégrer des musulmans à nos sociétés modernes sans leur imposer préalablement le respect complet des valeurs occidentales ?

islam-copie-1

Selon une enquête du Times, de la BBC News et de Pew, reprise par le Figaro, « les musulmans qui se considèrent comme musulmans avant de se considérer comme citoyens » s’élèvent à 81% en Grande-Bretagne, 69% en Espagne, 66% en Allemagne et 46% en France. Tous les pays de l’Europe de l’ouest sont concernés par l’échec d’intégration de leur communauté musulmane. Pourtant, les modèles d’intégration n’étaient pas les mêmes et ils avaient fait leur preuve avec d’autres migrants. La France, souvent accusée de ne jamais en faire assez, compte pourtant la première communauté musulmane d’Europe, avec plus de 6 millions d’individus pour 62 millions d’habitants. Ensuite vient l’Allemagne avec 3 millions de musulmans pour 82 millions d’allemands, le Royaume-Uni, plus de 2 millions pour 60 millions de britanniques, les Pays-Bas, 1 million pour 16 millions d’hollandais, l’Espagne, 1 million pour 45 millions d’espagnols, l’Italie, 800000 pour 59 millions d’italiens, la Suède, 500000 pour 9 millions de suédois, le Danemark, 200000 pour 5,5 millions de danois. Toutes ces nations européennes ont tenté, d’une façon ou d’une autre, d’intégrer ces nouvelles communautés venues du Maghreb, du Proche-Orient ou d’Asie. Malgré les efforts considérables consentis, les pays d’accueil, souvent soupçonnés de racisme, connaissent tous, sans exception, des difficultés d’intégration de leurs migrants musulmans et ce constat ne fait que s’aggraver. Ne pas vouloir voir ce problème, n’épargnera pas nos enfants à devoir y faire face plus tard. C’est pour cette unique raison que les militants de Génération identitaire avaient organisé l’occupation du toit de la future mosquée de Poitiers. Ils demandaient juste un débat sur l’islamisation de la France. Notre oligarchie a fait mine de s’indigner et a condamné sévèrement cette action politique qui s’inscrit pourtant dans un élan et un désir de démocratie. Comme Robert Brasillach, nous pouvons dire que « c’est la jeunesse qui joue franc jeu, et se risque tout entière au dangereux plaisir d’être dans son droit. Les personnes raisonnables n’aiment pas la jeunesse qui a raison. »

 

Vincent.

 

invasion

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 21:39

Lyon le 7 mars 2014: les identitaires sur le front de la contestation anti-Hollande !  


 

 

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 22:59

Manifestation pour un référendum sur l'immigration dimanche 9 mars à Paris - le message du cortège identitaire était clair !
Les militants lyonnais étaient présents lors de cette superbe journée et ont écouté avec attention le discours de leur président, Fabrice Robert.

1.JPG

2.JPG

3

4.JPG

5.JPG

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 22:02

Vendredi 7 mars en fin d'après-midi une dizaine de militants identitaires lyonnais (BILyon) se sont rendus en plein coeur de Lyon pour passer un message au Président français et ils ont voulu en faire profiter les gens qui sortaient du travail.

Mission accomplie !

hollande---1-.JPG

hollande---2-.JPG

hollande---3-.JPG

hollande---4-.JPG

hollande---5-.JPG


Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 20:31

anarchie.jpgLe fascisme italien, né en 1919 d’une réaction à la menace communiste et aux désillusions de l’après-guerre, a toujours été très différent dans ses fondements du communisme et du national-socialisme, deux idéologies totalitaires, liberticides, ayant toutes deux entraînées des déportations de masse et des génocides avec d’un côté la suprématie du parti sur l’appareil d’Etat et de l’autre la voix du Führer qui primait sur tout. Nazisme et communisme sont deux idéologies matérialistes, héritières « inattendues des Lumières » qui croient « au progrès continu de l’humanité », avec d’un côté la réalité des races, de l’espace vitale et de l’autre la réalité des classes poussées à leur extrême. Pour le fascisme, c’est plus complexe car, en 1919, selon Dominique Venner, il répondait à un désir de changement, il était fondé sur « des mythes mobilisateurs » sans aucune volonté, au contraire du nazisme et du communisme, de changer la nature humaine ni de soumettre l’Etat au parti mais il avait le souhait de « briser le cadre philosophique, politique et social de l’individualisme bourgeois » dans le seul but de restaurer « une vie individuelle et collective plus authentique ». A présent, la mobilisation moderne antifasciste dénature volontairement la véritable définition du concept à des fins purement politiques. Comme le dit Oskar Freysinger, député suisse, le mot antifasciste est devenu avec le politiquement correct l’arme fatale qui permet « d’éradiquer toute résistance, de faire taire toute voix critique » à l’encontre « des bons sentiments et la morale à quatre sous » d’un système mondialiste faisant la promotion exclusive des sociétés dites multiculturelles. En décrédibilisant le mouvement fasciste italien, en réduisant négativement son aspect politique, en ostracisant ceux qui s’y référencent et en y assimilant volontairement tous ceux qui disent non au socialisme libéral, les antifascistes ne font qu’appliquer la vieille méthode stalinienne : la fin justifie les moyens. Staline, en 1923, avait déclaré la guerre au fascisme car il avait reconnu en lui un adversaire de taille pouvant proposer une alternative politique et susceptible de balayer l’effroyable régime soviétique qui se mettait en place en Russie. Depuis cette période lointaine, où le Petit Père des peuples, le plus impitoyable des tyrans, responsable de la mort de dizaines de millions de personnes, était paradoxalement célébré par des écrivains renommés comme Paul Eluard et Louis Aragon, les antifascistes, pour ne pas dire les héritiers des bolcheviks, continuent en toute quiétude leur propagande sortie tout droit des vieux slogans soviétiques. De ce fait, le débat est biaisé dès le départ car à présent les idées mondialistes rejoignent dans son universalité le communisme d’antan. Les affirmations des uns deviennent les vérités des autres et le fascisme et autres patriotes en sont réduits à des bêtes immondes contre qui tout est permis.

antifa.jpg

Il y a une vraie méconnaissance du fait politique et une inculturation profonde dans l’Hexagone. Tout y est résumé par des clichés. La pensée unique et le politiquement correct enferment toutes idées nouvelles à être décortiquées selon le point de vue des nouveaux censeurs. Le fascisme est volontairement comparé au nazisme, à une idéologie « racialiste » de haine et de mort. Le mot fasciste est employé à toutes les sauces, les plus âpres et les plus nauséabondes et sert aussi à ostraciser des adversaires. Il est souvent utilisé comme une insulte ou comme une arme politique qui permet aux partis classiques de faire taire toutes oppositions. Les antifascistes servent souvent d’idiots utiles au système pour jouer le rôle d’une milice des nouveaux dogmes en brandissant leurs pancartes « No Pasaran ». Pourtant, parmi leurs membres, ils sont nombreux à être incapables de donner une vraie définition du fascisme mais le simple fait d’être contre leur permet d’être dans le camp du bien, de se sentir sains d’esprit et de corps, d’avoir bonne conscience, d’être des indignés vigilants et surtout de se comporter comme des « petits soldats » pouvant utiliser librement la violence comme on l’a vu dernièrement à Nantes, à Paris, à Tours, à Lyon…, avec, parfois, l’approbation silencieuse du gouvernement socialiste.

 

Vincent

 

churchill.jpg

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 00:45

Nos militants identitaires lyonnais annoncent à la population le laxisme de Manuel Valls vis àvis de l'immigration.

"Plus de régularisations, plus de naturalisations et moins d'expulsions"

"Avec Valls, c'est l'invasion !"

collage (34)

collage (38)

collage (50)

collage (52)

collage (78)

collage (81)

Repost 0
Published by bloc-identitaire-lyon.over-blog.com
commenter cet article